Unité Pastorale de Soumagne-Olne



bandeau soumagne

                          Paroisse-St Lambert de Soumagne-Bas (Liège-Belgique)

 
Vie Paroissiale

Actualités

Annonces et intentions
de messes


La chorale

La sacristie


Equipe Pastorale

Maison Jurdant

Vie associative

Nos écoles

Liens
__________
Contact 


























































La Maison Jurdant
            




Mais à l'ombre de Simenon et de Stanislas-André Steeman, (le père de Stéphane), son nom a quelque peu été éclipsé, malgré la publication d'une centaine de livres.

Au centre du village de Soumagne-Bas, une maison évoque encore la famille de l'écrivain. Pour faciliter lLa "Maison Jurdant" est un bâtiment classé qui a été restauré en 1994
                            
Qui aujourd'hui, à Soumagne se souvient de Louis-Thomas Jurdant? Pourtant cet écrivain fut l'un des auteurs les plus prolifiques de ce milieu de siècle. Il s'était spécialisé dans le roman policier.
maison jurdant soumagne
L'écrivain

La maison Jurdant n'est pas sans rappeler une des familles marquantes de l'histoire de Soumagne, les Jurdants, et l'un des siens, Louis - Thomas.

C'est dans l'immeuble qui fût restauré que vécut son grand oncle. La maison fut ensuite occupée par deux demoiselles Jurdant, dont se souviennent encore les aînés  de la localité. Par après, l'immeuble devint propriété des oeuvres décannales.  C'est alors qu'on y établit la bilbliothèque paroissiale.

Louis-Thomas Jurdant est né à Soumagne en 1909, dans une famille d'agriculteurs. Il vécut trois ans dans ce village. Ensuite, la famille partit s'établir à Bois-de-Breux. Mais l'écrivain revenait souvent au village de son enfance, où vivaient encore nombre de ses parents. Son oncle Valentin notamment, qui était régisseur du domaine de Wégimont. Louis-Thomas Jurdant vécut à Bois-de-Breux jusqu'àprès le seconde guerre mondiale.  Il s'établit alors à Visé, dans le quartier de Souvré, pendant deux ans, avant de partir à Strasbourg. Dans la métropole alsacienne, il travailla au service de presse du Conseil de l'Europe.

Mon pays, c'est la Magne
Mais l'Alsace ne pouvait lui faire oublier sa terre natale. En 1953, deux ans après son départ, Louis-Thomas Jurdant écrivait: "Mon pays, c'est la Meuse qui rit au soleil ou gémit sous la brume de Givet à Maestricht. (...) Mon pays, c'est aussi la Hesbaye et le plateau de Herve où l'herbe au printemps est un gazon de velours, c'est les rivières qui descendent vers la Meuse et particulièrement l'Ourthe, l'Amblève, la Vesdre, le Geer et ce ruisseau -  qui m'est cher plus que les autres -  la Magne serpentant à travers les prairies de Herve à Nessonvaux. Mais mon pays surtout, ce sont les gamins avec qui je fus gamin à l'école, les vieux et les vieilles de mes villages, le dous parler de Liège, l'exubérance et la tendresse wallonnes, le rire des filles de chez nous, si léger, qu'il fait penser aux fleurs des terres du midi".

Louis-Thomas Jurdant eut huit enfants. Seul l'aîné est revenu au pays. Aujourd'hui Dominique Jurdant habite Olne où il exerce la profession d'architecte. Il s'est attaché à retracer la généalogie de la famille. Selon lui, il y a des Jurdant à Soumagne dès le début du XVIIème siècle et peut-être même avant.

Evoquant la personnalité de son père, Dominique Jurdant se souvient "d'un homme très artiste, poète sûrement. Il racontait des histoires par épisodes, tous les soirs".

Après la Seconde Guerre mondiale, il fonda une revue, La vie illustrée qui s'inspirait des principes de la morales chrétienne. Il s'y faisai par exemple le chantre de la famille nombreuse. Mais cet hebdomadaire ne reccueillit guère de succès. D'après Dominique Jurdant, il ne dépassa pas le cap des 25 numéros. Le dernier parut le 14 août 1949. Il coûtait 3 francs. La vie illustrée était imprimée dans les ateliers de La Meuse.

Louis-Thomas Jurdant publia sous son véritable nom, mais aussi sous des pseudonymes: Hubert Toutsimple, J de Soumagne et Hubert Dubois. Parmi ses oeuvres marquantes: Les joueurs de mah-jong (1933), Tête le rouge (1933), Le secret de la maison verte (1936), La horde noire (1940), Panique, Scandale en Bourse (1942), Monsieur Lorrimer a peur, Navire sans pavillon, le Borgne qui boitait (1943), Mensonges (1947), Flammex (1952), L'assassin est un imbécile (1967), le favue de Los Angeles (1977)...

Les meilleurs des policiers de Louis-Thomas Jurdant sont des romans d'atmosphère. Dans ce type de roman plane souvent l'ombre d'un héros au nom anglo-saxon. Le princila semble lui avoir assuré des tirages juteux. Il s'appelait John Sunkist. Mais il y eu aussi Joe Harris et Torkanay.

Louis-Thomas Jurdant fut également l'auetur d'évocations historiques, de recueils de poèmes (jetés au vent (1940) et son préféré, le bâtisseur de cathédrales, publié au Mercure de France en 1935) ainsi que l'oeuvre théatrales écrites pour la radio. Ses éditeurs? Dupuis, le Masque et bien d'autres...Certaines oeuvres parurent en feuilletons dans le Soir Illstré, Bonne Soirées...

Louis-Thomas Jurdant est décédé à Strasbourg le 31 juillet 1982. Il était membre de nombreuses sociétés littéraires, notamment de la Société des gens de lettre de France et de l'Académie Léonardo Da Vinci. La Société des poête et artistes de France lui avait décerné son grand prix international de poésie, l'année avant qu'il ne soit attribué à Léopold Sedar Senghor. 
_
Dernière révision de cette page: 07.07.2017
Unité Pastorale de Soumagne-Olne © 2017  -   Photos et droits d'auteurs
____________________

La Maison Jurdant 
à Soumagne-Bas...


La Maison date du troisième quart de siècle, si l'on examine la notice de Marie-Ange Colson-Remy, dans le patrimoine de Belgique.
Par ailleurs, le linteau de la porte de la façade arrière est frappé d'un écusson daté de 1688.

LA RESTAURATION

Le bâtiment a été restauré en 1994.
La toiture et la charpente ont reçu un sérieux coup de neuf. Mais ces mesures s'apparentent à de la simple sauvegarde. Elles ont été financées par le propriétaire, les oeuvres décannales du doyenné de Soumagne (qui depuis la fusion avec le doyenné de Fléron sont centralisées dans cette dernière localité) et la Région wallonne ( 60% des subsides), car le bâtiment est classé.

Pour facilité la poursuite du dossier de rénovation de l'immeuble, une asbl "Maison Jurdant" a dû être créée.

Les responsables ont décidé  de  créer deux appartemants aux étages supérieurs de l'immeuble. Le rez-de-chaussée quant lui, abrite un local de réunion.

Le projet d'aménagement à été confié à l'architecte Pierre Stainier.