Unité Pastorale de Soumagne-Olne

bandeau fecher
       

                                     Paroisse-St Corneille de Fécher (Liège-Belgique)

  Vie Paroissiale

Accueil Fécher

Actualités

Annonces et intentions
de messes


Marie Lecoquay

La sacristie


Equipe Pastorale

Vie associative

Nos écoles

Liens
________
Les contacts




































Suite de l'histoire de l'église de Fécher
           Premiers indices 

          En 1274, le chevalier Winand de Fécher rédige un testament en faveur des moines de l'abbaye des Prémontrés (pendant des siècles, ceux-ci ont été les curés de Soumagne, d'où le nom de Sou-magne-les-Moines). Etaient présents : le frère Thomas de Huy, curé de Soumagne et confesseur de Winand, le frère Renier de Maestricht, alors célébrant à Fécher, les fils de Winand, à savoir Guil-laume et Henri, son gendre Nicolas de Romsée, l'épouse du testateur, Dame Lutgarde et leurs filles Ysabeau, Marguerite, Helwide et Catherine, et enfin un certain Lambert de Gérardrie. (Réf. : Archives des Prémontrés de Beaurepart, par Jean Mornard, dans le « Spot », janvier 1984.) Le fait que le frère Renier soit célébrant à Fécher semble impliquer qu'il y avait bien une chapelle à Fécher. On peut lire dans « Histoire et Patrimoine des communes de Belgique, La province de Liège, Ed.Racine, 2010, p.429 » : L'important hameau de Fècher sera doté, dès avant 1280, d'un édifice pour le culte, ... dédié à Saint-Nicolas.

          Dans un acte notarié du 1er juin 1465, on peut lire pour situer l'emplacement d'une parcelle vendue : « az terres de saint Nicolay de Féchier ». Dans un acte du 3 octobre 1533 (parfois considéré comme la plus ancienne référence), on trouve une autre référence : « alle terre de saint Nicholas ». (Réf. : Toponymie de Soumagne et Mélen, Jean Lechanteur, professeur à l'ULg.)

           Chapelle de Fécher.

           Dans son livre « Histoire de la paroisse de Soumagne, p.47. », le docteur Hans relate ceci : « La date de fondation de la chapelle de Fécher est inconnue. Elle existait en tout cas avant 1538, car le pouillé (tableau des bénéfices dépendant d'une cure) de cette année en fait mention. Il était de règle que le curé de Soumagne et son vicaire allassent dire la messe dans la chapelle à certaines fêtes de Noël et le mercredi après Pâques de chaque année. Les pasteurs allaient aussi y procéder à des mariages et à des baptêmes.

          Le 28 décembre 1693, Thomas Lesoigne, des anciens bourgmestres et des échevins de Soumagne et de Mélen affirmèrent sous serment, agissant au nom des autres habitants de la communauté de Soumagne, que les anciens pasteurs avaient coutume de célébrer les offices dans la chapelle de Fécher. Le nouveau curé H.Jullin et son vicaire avaient protesté, le 25 mai de la dite année, contre cette coutume et prétendirent ne plus se rendre à Fécher pour y  célébrer les offices. Les habitants s'adressèrent à l'archidiacre qui les fit convoquer et prêter serment, comme nous l'avons vu plus haut. Le pasteur de Soumagne fut obligé par ses supérieurs de continuer, comme par le passé, à se rendre à la chapelle susdite. Un des membours de la fabrique de Soumagne s'occupait des revenus de la chapelle susdite.

          A diverses reprises, les habitants de Fécher essayèrent, mais en vain, de faire reconnaître leur chapelle comme succursale, notamment sous le régime français. Le deuxième jour complémentaire de l'An XII, le préfet ne put la reconnaître comme telle, mais il autorisa les fabriciens de Soumagne à faire exécuter les réparations nécessaires, faute desquelles la chapelle menaçait de s'écrouler. Ils purent en effet conserver leur chapelle en faisant valoir l'éloignement de l'église paroissiale de Sou-magne. Pendant la période hollandaise, on tenta, mais sans y parvenir, de la faire reconnaître comme église paroissiale.

          Le 4 février 1836, les habitants de Fécher demandèrent à la fabrique d'église de Soumagne de bien vouloir solliciter un subside pour agrandir et réparer leur chapelle. Ils offraient 1.000 francs et désiraient obtenir la même somme des autorités. En juillet de la même année, ils demandèrent de nouveau que leur chapelle fût indépendante, mais ils essuyèrent encore un refus, car sur 361 habitants, 35 seulement avaient signé la pétition.

 
Rédigé par Marie-Jo Wustenberghs.

 
La première église de Fécher.

        La chapelle Saint-Nicolas dépendait de l'église de Soumagne. Par un arrêté royal du 11 juillet 1842, la communauté de Fécher est élevée au rang de paroisse à part entière et de ce fait, un subside spécial a été versé pour la construction d'une église paroissiale qui remplacera la chapelle. (Réf.:Sou-magne Initiatives, Juin 2008.)

             Le premier curé, nommé en 1843, est l'abbé Pierre Montz, originaire de Randerath (dans le nord de la Rhénanie, environ à 30 km au nord d'Aix-la-Chapelle). Le curé Montz s'efforce de trouver l'argent pour la construction de l'église ; il recueille des souscriptions volontaires pour un montant de 10.574,45 francs. Un arrêté royal du 4 avril 1849 alloue un subside de 1.200 francs. Les travaux sont adjugés le 26 janvier 1852 devant le notaire Varlet, de Soumagne. (Réf. : Dr Hans.)

           La première pierre – mais il y en a deux, comme l'atteste une photo-carte postale – a été posée le 7 mai 1852 ; elles sont situées de part et d'autre de la porte d'entrée, façade ouest. Sur l'une, outre la date, sont gravés       
                                   
                                   Florent  F.L.J.A. et Eugène E.J.
A.
                                           Comtes d'Oultremont
                                          
de Warfusée-Wégimont
                                                Le 07 mai 1852

pierre facade ext gauch

        Il s'agit de Florent-Fernand-Louis-Joseph-Antoine d'Oultremont, né le 5.7.1842 à Warfusée, céli-bataire, héritier du château de Beusdael, décédé le 18.3.1898 à Bruxelles, et de Eugène-Emile-Joseph-Antoine d'Oultremont, né le 19.6.1844 à Warfusée, époux de la Comtesse Clotilde van den Steen de Jehay, décédé le 13.2.1889 à Saint-Gilles, Bruxelles. Ce sont les fils du Comte Théodore d'Oultremont et de la Baronne Appoline de Copis, qui ont eu 5 garçons ; le cadet est le Comte Jean, bien connu à Soumagne, né le 23.9.1845 à Warfusée, époux de la Comtesse Françoise de Barral, dé-cédé le 8.1.1890 à Menton (France). Selon le Plan Popp, le couple est propriétaire de plus de 185 ha. sur la commune de Soumagne ; pour sa part, le comte Théodore est aussi propriétaire de 484 ha. sur la commune de Saint-Georges, dont le château de Warfusée. Au vu des premières pierres, le Comte Théodore a sans doute été un important donateur lors de la construction de l'église de Fécher, repris dans les souscriptions  volontaires.

          Sur l'autre pierre, outre la date, sont gravés

P.Montz Curé  M.J.Ancion  E.J.Vritoff
J.F.Pirard  G.Peeters  H.J.Monseur
Conseillers de fabrique de cette église

Le 7 mai 1852     
pierre facade droite

A côté du curé Pierre Montz, ce sont les membres du Conseil de Fabrique : Mathieu-Joseph Ancion, Evrard-Joseph Vritoff, Jean-Fraçois Pirard, Guillaume Peeters et Henri-Joseph Monseur ; la plupart sont cultivateurs.

          Pourquoi l'église est-elle dédiée à Saint-Corneille ? Le curé Montz est originaire de Rhénanie ; peut-être a-t-il voulu marquer ses origines en se souvenant de l'abbaye de Cornelie-munster, dédiée à Saint-Corneille. Celle-ci est située à une dizaine de kilomètres d'Aix-la-Chapelle  et elle possède une statue du saint, due à Conrad Kuene (1400-1469), réalisée en 1450. A Fécher, une belle statue en chêne montre Saint-Corneille, pape au 3ème siècle, vêtu d'un ample manteau brodé, avec ses attributs habituels : la tiare et la croix à triple traverse. Dans certaines représen-tations, Saint-Corneille est parfois porteur d'une corne ou accompagné d'une tête de bovin.

          En 1891, sous le pastorat de l'abbé Jean Kerkhofs, le cimetière est agrandi (Réf. : Dr Hans) très fortement ; sa superficie est mulitipliée pas six et passe de 4 a.56 ca. à environ 28 a.

          Un arrêté royal du 22 août 1901 permet, pour la première fois, de nommer un vicaire à Fécher ; il devra prendre en charge les fidèles de Micheroux. (Réf. : Dr Hans.)

           Des travaux miniers entraînent des lézardes. Pour cette raison en 1907, des voisins, Monsieur et Madame Antoine-Joseph Lejeune-Lovinfosse, introduisent une action en arbitrage contre la Société anonyme des charbonnages Maireux et Bas-Bois à Soumagne ; leur maison construite en 1892 présente des lézardes, des hors-plomb, des affaissements. Il est possible que les lézardes de l'église datent aussi de cette époque, en tout cas de la première décennie du 20ème siècle. Le projet d'une nouvelle église est antérieur à 1913. En effet, le 7 mars 1912, Joseph Lejeune et la Fabrique de l'église de Fécher représentée par son président Nicolas Neuray rédigent une convention : ... le premier consent à vendre une parcelle de terrain d'une contenance de 186, 34 m2 servant à la construction de la nouvelle église, au prix fixé par l'expertise, de 5 francs le mètre carré. Hors la somme totale, il sera déduit une somme de cinq cents cinquante francs que le premier nommé accorde comme don... (Réf. : Documents familiaux.)

          Cette première église est démolie en 1913. Lors de l'invasion allemande en août 1914, elle était en reconstruction. Les allemands y ont rassemblés les hommes du village avant de les emmener vers Liège. Un paroissien, Gilles Lovinfosse, qui s'était caché derrière des planches, dans la cavité prévue pour un confessionnal, y échappa. (Souvenir rapporté dans la famille.)

Rédigé par Gilbert Andernack.












_
Dernière révision de cette page: 01.01.2020
Unité Pastorale de Soumagne-Olne © 2020 - Photos et droits d'auteurs
_______________________

La première église de Fécher
premiere eglise fecher


























La chapelle de Fécher
interieur chapelle fecher







La première église de Fécher
premiere eglise fecher